ÉGOTISME


ÉGOTISME
ÉGOTISME

ÉGOTISME

Retraduction datant des premières années du XIXe siècle du mot anglais egotism par lequel Addison a traduit le mot français «égoïsme», mais qui n’a pas forcément le sens péjoratif que lui prête encore le Rivarol de 1827 d’«habitude blâmable de parler de soi». Correspondant en anglais à la nécessité d’introduire les pronoms personnels je et moi , ce terme caractérise le genre autobiographique à tendance introspective.

Mot essentiel de la terminologie stendhalienne: les Souvenirs d’égotisme , écrits du consulat de Civitavecchia pour se désennuyer en s’examinant à fond et en apprenant à se connaître, consacrent ce culte du moi, un moi créateur de ses propres valeurs, profondément lié à la vérité de l’instant, conscient aussi de la fiction d’être soi, qui amène à multiplier les masques. L’écriture se confond alors avec la vie: le «journal» recomposé de Stendhal en témoigne, où l’on voit l’écrivain annoter et chiffrer ses pensées en marge de ses manuscrits, de ses propres livres ou de ses lectures favorites (Tite-Live, Lesage, Saint-Simon...). Il faut attendre les générations fin de siècle pour retrouver la notion d’égotisme, qui se colore de morbidité dans l’attention à soi-même de Jules Laforgue; décadence, ou mieux, décadentisme, contre lequel réagira Barrès dans sa trilogie du Culte du moi (1888-1891), où il prétend conférer à l’égotisme une valeur constructive en en faisant un mode de culture intérieure. De Montaigne et de Pascal à Stendhal, de Stendhal à Laforgue tancé par Barrès, il pourrait y avoir à écrire une instructive histoire de l’égotisme en littérature; l’ennui est que, pour sembler sérieuse et profonde, une telle étude aurait dû être achevée avant la publication de la première ligne de Freud — et de Proust.

égotisme [ egɔtism ] n. m.
• 1823; h. 1726; angl. egotism, trad. du fr. égoïsme(1o)
Littér. Disposition à parler de soi, à faire des analyses détaillées de sa personnalité physique et morale. L'égotisme de Montaigne, de Rousseau. « L'égotisme, mais sincère, est une façon de peindre ce cœur humain » (Stendhal).
Par ext. Culte du moi, poursuite trop exclusive de son développement personnel. narcissisme.

égotisme nom masculin (anglais egotism, du latin ego, moi) Terme employé par Stendhal pour désigner l'étude analytique, faite par un écrivain, de sa propre personnalité. Littéraire. Sentiment exagéré de sa personnalité, et, en particulier, manie de parler de soi, culte du moi ; narcissisme. ● égotisme (citations) nom masculin (anglais egotism, du latin ego, moi) Cicéron, en latin Marcus Tullius Cicero Arpinum 106-Formies 43 avant J.-C. Chacun trouve ses propres œuvres belles. Suum cuique pulchrum est. Tusculanes, V, 22 Commentaire La Fontaine, Fables, V, 18 (l'Aigle et le Hibou) : « Mes petits sont mignons… » James Boswell Édimbourg 1740-Londres 1795 Mon sujet favori, moi-même. That favourite subject, Myself. Letter to Temple, 22 juillet 1763

égotisme
n. m.
d1./d Litt. Tendance marquée à s'analyser et à parler de soi. "Souvenirs d'égotisme" (Stendhal).
d2./d Attitude de celui qui ramène tout à soi-même, qui cultive à l'excès ce qu'il a de personnel, d'original.

⇒ÉGOTISME, subst. masc.
A.— Disposition de celui ou de celle qui fait constamment référence à soi en particulier dans le discours. Cf. égoïser :
1. Mais n'est-ce pas aussi que je la fatiguais par la monotonie de mes propos? Mon égotisme outre qu'il est peu séduisant, ne se renouvelle guère.
BARRÈS, Un homme libre, 1889, p. 209.
Littér. [Terme utilisé par Stendhal (en parlant d'un écrivain)] Tendance à s'analyser, dans sa personne physique et morale ou p. ext. à cultiver la forme d'expression que constitue le journal intime :
2. L'égotisme littéraire consiste finalement à jouer le rôle de soi; à se faire un peu plus nature que nature; un peu plus soi qu'on ne l'était quelques instants avant d'en avoir eu l'idée.
VALÉRY, Variété II, 1929, p. 96.
B.— Quasi-synon. de égocentrisme et de égoïsme. En dépit des égotismes sacrés ou répugnants (...) le monde où nous vivons est travaillé par un dynanisme spirituel (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 95) :
3. Elles [les femmes] ont d'ailleurs des sens très rudimentaires, des sens de femelles, peu perfectibles, inaccessibles à ce qui ne touche pas directement l'égotisme féminin qui absorbe tout en elles.
MAUPASSANT, Notre cœur, 1890, p. 455.
C.— PHILOS. [D'un point de vue théorique et avec une valeur laudative] Exaltation du sentiment du moi dans son unicité; p. ext. la règle de vie construite sur cette recherche. La religion du MOI, le culte de la personne intime, la contemplation de soi-même, le divin égotisme (FRANCE, Vie littér., t. 4, 1892, p. 226) :
4. ... l'égotisme, qualification par laquelle les Anglais désignent l'amour de soi, considéré comme un droit de l'homme et non comme un vice.
SAND, Indiana, 1832, p. 257.
Rem. Certains dict. enregistrent l'adj. égotique. Qui se rapporte à l'égotisme ou qui manifeste de l'égotisme. Sentiments égotiques (Nouv. Lar. ill.).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1932.
Étymol. et Hist. 1726 (Le Spectateur ou le Socrate moderne, éd. 1737, VI, 10 ds BARB. Infl., p. 32 : le plus violent égotisme que j'ai observé dans toutes mes lectures, est celui du cardinal Wolsey, qui disoit, Ego et rex meus...). Empr. à l'angl. egotism (1714, ADDISON, Spect. n° 562, p. 3 ds NED : the Gentlemen of Port-Royal ... branded this form of writing in the first person with the name of an egotism). Fréq. abs. littér. :49. Bbg. BÜRGER (P.). Funktion und Bedeutung des orgueil bei Paul Valéry. Rom. Jahrb. 1965, t. 16, pp. 155-157. — FUCHS (H.-J.). In : Historisches Wörterbuch der Philosophie. 2. Basel, 1972, pp. 315-316. — ROG. 1965, p. 120.

égotisme [egɔtism] n. m.
ÉTYM. 1823, Stendhal, cf. les Souvenirs d'égotisme; attestation isolée, 1726; de l'angl. egotism, par lequel Addison, dans The Spectator, no 562 de 1714, traduit le franç. égoïsme au premier sens du mot.
Anglicisme.
1 Littér. Disposition à parler de soi, à faire des analyses détaillées de sa personnalité physique et morale. Égoïsme (1.). || L'égotisme de Montaigne, de Rousseau, de Chateaubriand, d'Amiel, leur propension à l'autobiographie, aux confessions, au journal intime.
REM. Le mot est d'abord employé par Stendhal seul, et très souvent appliqué à lui.
1 (…) s'il (ce livre) n'ennuie pas, on verra que l'égotisme, mais sincère, est une façon de peindre ce cœur humain dans la connaissance duquel nous avons fait des pas de géant depuis 1721, époque des Lettres persanes de ce grand homme que j'ai tant étudié, Montesquieu.
Stendhal, Souvenirs d'égotisme, p. 81.
1.1 Or ces secrets personnels ont pour l'intéressé trop de gravité (je songe aux miens, dans mon Journal à moi, où j'évite désormais autant que je puis l'égotisme) pour que l'on risque de les voir moquer.
Claude Mauriac, le Temps immobile, p. 266.
2 Didact. (philos., psychol.). Mode de connaissance, de comportement où le moi constitue la référence essentielle.
2 Empruntant un mot à Stendhal, qui l'a introduit dans notre langue, et le détournant un peu pour mon usage, je dirai que la vraie Méthode de Descartes devrait se nommer l'égotisme, le développement de la conscience pour les fins de la connaissance.
Valéry, Variété IV, p. 228.
3 L'égotisme juvénile (…) est cette incessante référence à soi qu'on observe à ce moment dans l'amitié, dans l'amour, dans la rêverie, dans les rapports avec l'entourage, dans l'aperception des valeurs…
M. Debesse, Situation de l'adolescence, in Revue de métaphysique et de morale, avr. 1941 (in Lalande, Voc. de la philosophie).
3 Tendance à rapporter à son moi toute la vie mentale; culte du moi, poursuite trop exclusive de son développement personnel ( Égocentrisme). || Un égotisme complaisant. Narcissisme, suffisance, vanité.
4 Il (Guizot) ne doute pas un instant qu'il ne possède en lui la vérité (…) Ce qu'il y a de beau (…) dans son cas, c'est l'ardeur dépensée à la poursuite, au dégagement profond de cette vérité (…) On s'étonne (…) qu'un Barrès, au temps de ses premières curiosités psychologiques, ne se soit pas intéressé à cette forme d'égotisme et de culte de soi avant la lettre (…)
Émile Henriot, les Romantiques, p. 424.
DÉR. V. Égotique, égotiste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • égotisme — (é go ti sm ) s. m. Néologisme. Habitude de parler de soi, de mettre sans cesse en avant le pronom moi. REMARQUE    On a quelquefois confondu l égoïsme et l égotisme : l égoïsme est un mot français qui signifie amour excessif de soi ; l égotisme… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉGOTISME — n. m. Habitude d’esprit ou Doctrine qui rapporte tout à la préoccupation du moi. Cet écrivain fait profession d’égotisme …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • egotisme — e|go|tis|me Mot Pla Nom masculí …   Diccionari Català-Català

  • Egotisme —    см. Эготизм …   Философский словарь Спонвиля

  • Souvenirs d'égotisme — Les Souvenirs d’égotisme sont une œuvre autobiographique de Stendhal. Ils ont été rédigés en 1832, lors du séjour de leur auteur à Civitavecchia. Stendhal y raconte minutieusement sa vie à Paris après la chute de Napoléon, de 1821 à 1830. Ce… …   Wikipédia en Français

  • Souvenirs d'egotisme — Souvenirs d égotisme Les Souvenirs d’égotisme sont la deuxième grande œuvre autobiographique de Stendhal à côté de la vie de Henri Brulard et du Journal. L’auteur y raconte les souvenirs de sa vie à Paris après la chute de Napoléon. Il y raconte… …   Wikipédia en Français

  • Souvenirs d'égotisme — Erinnerungen eines Egotisten (frz. Souvenirs d égotisme, dt. auch Bekenntnisse eines Ich Menschen) ist ein autobiografischer Text von Stendhal, der im Jahr 1832 verfasst, aber erst 1892 posthum veröffentlicht wurde. Stendhal verarbeitet darin… …   Deutsch Wikipedia

  • εγωτισμός — (egotisme). Όρος που επινοήθηκε από τον Γάλλο συγγραφέα Σταντάλ και χαρακτηρίζει την τάση κάποιου να μιλά ή να γράφει για τον εαυτό του. Ως φιλοσοφικός όρος, ο ε. σημαίνει την υπερβολική αυτοανάλυση του ατόμου, με σκοπό την τελειοποίησή του. * *… …   Dictionary of Greek

  • égotiste — [ egɔtist ] adj. et n. • 1825; h. 1726; de égotisme ♦ Littér. Qui fait preuve d égotisme, est marqué par l égotisme. N. « M. de Chateaubriand, ce roi des égotistes » (Stendhal). ● égotiste adjectif et nom (anglais egotist) Qui fait preuve d… …   Encyclopédie Universelle

  • Stendhal —  Pour l’article homophone, voir Stendal. Stendhal Marie Henri Beyle …   Wikipédia en Français